La Péninsule de Valdès Publié le 12 février 2018 par Stephanie (video 22 à 27)

Aller en bas

La Péninsule de Valdès Publié le 12 février 2018 par Stephanie (video 22 à 27)

Message par Admin le Jeu 1 Mar - 15:22

La Péninsule de Valdès

Publié le 12 février 2018 par Stephanie


Tout d’abord je voyais cela beaucoup, beaucoup, mais beaucoup plus petit… !!!
Je vais devoir m’habituer à ces échelles de géant.
La péninsule c’est 25 km de route (pour aller à Puerto Piramides) et des centaines de kilomètres de pistes de différentes largeurs et aux revêtements de différentes formes ou granulométries (mais on y reviendra tout à l’heure..!!!)
Nous sommes venus dans ce parc national afin d’y passer quelques jours, voir des animaux sauvages, trouver des spots pour poser le Faucon et pour faire du paddle et du VTT, pour le VTT, vu les pistes de sable, on oublie.
Lors de notre arrivée nous irons directement sur « Playa Larralde », ce sera notre premier contact avec la piste et la tôle ondulée….., je passerais sur cette épisode douloureux où j’ai tenté de prendre la vitesse afin de « voler » au dessus des bosses, arrivé aux fameux 70km/h préconisé par certains conseilleurs dont je tairai les noms (!!!) notre vision commençait à être trouble et nos dents se déchaussaient, nous avons donc décider d’atterrir, et le passage des 70 aux 10 km/h est comment dire …., bref, le port du casque a été obligatoire dans le camion pendant 2 jours pour ouvrir les placards du haut.. !
Je me suis résigné, cette technique est certainement efficace mais pas avec le Faucon Millenium et la piste était vraiment défoncée.
A notre arrivée nous fûmes surpris par la beauté du lieu, mais également par ce campement improbable de vieux camions ou bus Mercedes des années 50, 60 ou 70 aménagés, caravanes taguées, bateaux, tracteurs, cabanes en briquettes, ou parfois amas de tôles savamment enchevêtrées formant un abri de fortune, de vieilles carcasses de bus entièrement ravagées par la rouille qui font également partie du paysage, franch’ment cela donne un cachet assez spécial à cet endroit… on n’a pas aimé, on a adoré.
En arrivant nous ferons connaissance de Jean claude, il est Français et vit en Argentine depuis plus de 50 ans, il a son vieux camping car Chevrolet posé sur la plage, nous avons échangé quelques mots, mais il devait repartir rapidement le soir même, je lui ai promis de revenir le voir le week-end prochain, et cette rencontre sera très importante pour nous ……..
Welcome on Valdès, des orages toute la nuit accompagnés de vents violents, on a eu un peu peur, et le lendemain nous irons nous mettre à l’abri de l’autre côté de la péninsule.
Et là…., pour repartir je choisis une piste différente mais je n’ai pas fait le bon choix…. !
J’ai donc pu tester :
1/ La solidarité des gens présents
2/ Mes sangles
3/ Ma pelle
4/ Mes plaques de désensablage
5/ Le 4X4 Toyota Hilux du voisin
Nous nous dirigeons sur notre second spot «Punta Pardelas », et lorsque j’ai quitté la grande piste (où d’ailleurs le Faucon roulait très bien entre 40 et 50 km/h), je savais en m’engageant sur cette piste sablonneuse et étroite (donc pas de demi tour), avec des descentes et d’énormes ornières de sable que le retour serait…….intéressant !!!!!
Mais on a rien sans rien, après 12 kms de « on est mal » ou « jamais on ne repartira d’ici » ou «  cool nous allons passer les 2 prochaines années sur cette plage » ou «, Ho P….. » , nous sommes arrivé à «  Punta Pardelas » et là « Wow…mais Wow quoi !!!! » (j’ai piqué l’expression aux filles!)
C’était juste le truc dont tu rêvais sans jamais l’avoir vu !!!!!
Un campement sauvage, avec encore de vieux bus (nous ferons intimement connaissance avec l’un d’entre eux mais on ne vas pas épiloguer), vieux camtar Mercedes, caravanes, quelques tentes et une vue de ouf, la mer, la plage et des rochers contre lesquelles les vagues viennent se briser.
Je choisis mon petit coin au bord de l’eau (pas judicieusement mais cela je le saurais 2 jours plus tard, mais on ne vas pas épiloguer..!), les gens sont hyper cools, nous ferons des rencontres magiques, nous pourrons nous baigner, faire du paddle au milieu des pingouins ou autres oiseaux sauvages.
L’eau est fraîche mais on peut se baigner sans néoprène juste en criant un peu, et le vent ne souffle que sporadiquement.
De toute façon, ici, si la météo ne te conviens pas, il faut juste patienter une heure ou deux.
Nous pourrons observer des pingouins ou éléphants de mer lors d’une tentative de séance de pêche, nous pourrons même approcher et caresser un pingouin un soir lors d’une balade sur les rivages.
Chaque coucher de soleil est un moment privilégié tant les couleurs sont sublimes.
Et puis il y a eu cet épisode pas cool déjà relaté dans le précédent article …. et bim le camtar (mais on ne vas pas épiloguer)!!!
Pffff les boules, nous sommes repartis de ce spot plus tôt que prévu afin de commencer à préparer l’après crash (mais on ne vas pas épiloguer)!!!
Et le retour sur cette fameuse piste ??????
Et bien il fût à la hauteur de mes attentes !!!!
J’ai donc pu tester une nouvelle fois :
1/ La solidarité des gens présents (les gens qui était bloqués sur la piste par le Faucon et qui ont fait un travail considérable en creusant à mains nues ..!))
2/ Mes sangles
3/ Ma pelle
4/ Mes plaques de désensablage
5/ La puissance d’une dizaine de mains qui poussent un camion de 9 tonnes.
Et tout cela s’est fait dans la bonne humeur et je suis enfin ressorti de cette piste à la granulométrie qui ne me convenait pas.. !
Étape à Puerto Piramides pour ravitaillement en eau, bière et vidange des eaux.
De toute façon le camion est cassé et c’est vendredi donc tout est fermé, nous décidons de repartir à « Playa Larralde».
Il ont refait la piste à la niveleuse et le Faucon est content.
Nous passerons 3 ou 4 jours sur ce spot délicieux, baignade, paddle, chasse au poulpe, et rencontres.
Jean Claude sera là et commence à nous aider en téléphonant à certains amis.
Nous ne pouvons pas faire le tour de la péninsule (soit environ 300kms de pistes) avec le Faucon car les piste sont mauvaises et avec un pare brise qui tient avec du scotch ce n’est pas une bonne idée.
Jean Claude nous véhiculera afin d’effectuer nos démarches administratives, mais nous prêtera également sa voiture (un Ford Ranger Pick-up de 3.2L) afin de faire le tour de la péninsule et observer les animaux.
Et là, ce fut une festival de lions de mer, pingouins de Magellan, éléphants de mer, guanacos, martinetas comùn, armadillos (ou peludos), choiques, (va voir sur google…!!!)
Je n’aurais pas assez de superlatifs pour décrire la côte à cet endroit là, alors je vous laisse les photos…
Les enfants ont été ravis et nous aussi.
Nous savions évidemment qu’il n’y aurait pas de baleines à cette époque de l’année (et pour faire du paddle ce n’est pas pratique..!), mais pouvoir profiter de cet endroit à cette époque de l’année en pratiquant nos activités a été exceptionnel.
Pareil nous reviendrons en remontant vers le mois de mai si nous avons le temps, et s’il y a des baleines…, on est pas à 1000km près !
C’est avec regret que nous avons quitté ce petit coin de paradis, mais direction Trelew où Jean Claude nous a permis de s’installer chez lui le temps que nous puissions résoudre nos problèmes.
Nous avons atterri dans son jardin, et nous sommes entouré de cerfs (environ 40), et toute une multitude d’animaux de la ferme qui tourne autour du camion, il y a même « Pluma »…un perroquet,…..les enfants sont ravis.
Nous avons attaqué nos démarches afin de réparer le camtar, mais ici c’est « muy tranquilo » et puis en plus il y a le carnaval.. !!!!!






avatar
Admin
Admin

Messages : 3062
Date d'inscription : 09/10/2013
Age : 57
Localisation - Ville - Village : ALENYA 66

Voir le profil de l'utilisateur http://motards66.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum